#Liégeois — Magazine de référence pour la Province de Liège
Nous sommes le 25 Avr 2024, il est 13:38pm
«

« Les Jeux Olympiques sont différents des autres compétitions »

Portraits Sport

#Liégeois vous emmène à la découverte d’un champion d’exception : Armand Marchant.

C’est grâce à ses parents qu’Armand Marchant a chaussé ses premiers skis alors qu’il était âgé d’à peine plus de deux ans. « Avec mon papa et ma maman, nous partions chaque week-end à la montagne, d’abord dans les Vosges, ensuite en Suisse, en Autriche ou en Allemagne », se rappelle ce formidable athlète. Après avoir disputé ses premières compétitions avec le ski club de Malmedy vers ses six ans, Armand et sa sœur sont rapidement détectés par la nouvelle fédération francophone de ski. Néanmoins, après deux ans, ils décident, en compagnie d’une large majorité des enfants, de quitter cette structure pour rejoindre une autre créée de toutes pièces par Raphaël Burtin, ex-champion qui représenté la France aux Jeux Olympiques d’hiver et disputé une dizaine d’années en Coupe du Monde. « Le projet de qualité proposé à nos parents fut rapidement accepté et a décuplé notre motivation », me précise Armand.

Ainsi, à onze ans, le natif de Thimister décide de s’impliquer à fond dans sa discipline de prédilection pour devenir le meilleur possible. Durant l’hiver, Armand et ses camarades partaient dans les Alpes pour peaufiner leur technique, parfaire leur apprentissage et participer aux compétitions du circuit français, gage de qualité et de compétitivité. « Evidemment, il fallait faire des sacrifices en sachant assez jeune ce vers quoi je voulais tendre », reconnait mon très sympathique interlocuteur. « C’était une vie particulière et atypique mais nous avions un bon groupe de copains et nous nous amusions beaucoup. Cela nécessitait de la rigueur avec un programme assez intense et même si ce n’était pas facile tous les jours, cela en valait vraiment la peine. »

C’est qu’outre la compétition – « très palpitante et où la moindre erreur se paie cash » me précise Armand -, ce véritable champion est passionné par son sport. « J’aime tout dans le ski. Cette sensation finalement assez naturelle de glisser sur la neige est indescriptible, la prise d’angles est grisante. Les panoramas sont magnifiques et skier procure une vraie sensation de liberté », sourit-il.

Alors le plus jeune de son groupe, Armand fut celui qui perça le plus vite et le mieux, marquant ses premiers points en Coupe du monde à seulement dix-huit ans ! « J’étais assez précoce mais en ski, il est possible d’atteindre assez jeune un bon niveau et réussir à faire de bons résultats. Cependant, c’est la régularité qui demeure le plus difficile à obtenir et pour cela, l’expérience joue un grand rôle », m’explique ce passionné dont le quotidien, qui varie en fonction des périodes, est réglé comme du papier à musique entre les entraînements sur piste, les séances de conditionnement physique et la kiné.

« Une énorme fierté »

Après une grave blessure qui a stoppé sa progression, ce sportif d’exception a bossé très dur pour retrouver toutes ses sensations et performer à haut niveau au point d’être choisi, avec Loena Hendrickx, comme porte-drapeau de la délégation belge aux Jeux Olympiques d’hiver à Pékin. « C’était une énorme fierté et la preuve que le pays et la team belge comptaient sur moi. La cérémonie d’ouverture fut assez incroyable, le véritable moment fort de mon odyssée chinoise », m’assure-t-il.

Malheureusement, une vilaine blessure à la cheville vint perturber les plans de notre compatriote. « Je suis arrivé aux Jeux Olympiques en béquille, c’était vraiment frustrant et une vraie source de déception », soupire celui qui est équipé par Salomon. « Entre la muscu et la kiné, le programme auquel j’ai dû m’astreindre sur place était bien loin de celui que j’avais imaginé et mon expérience olympique en fut quelque peu faussée. » Et d’ajouter : « Les JO sont différents des autres compétitions. Tous les favoris sont à 100%, ce qui peut expliquer qu’il y ait davantage d’erreurs. Mais c’est beau, chacun tente de montrer son meilleur visage et cela rend le spectacle hyper palpitant. »

Et même si ses soucis physiques empêchèrent ce champion de briller autant qu’il aurait pu le faire sur la plus grande scène du monde, nul doute qu’il est parvenu à inspirer de nombreux skieurs belges. Malgré encore quelques soucis de cheville, ce sportif émérite a bouclé sa saison à une plus qu’honorable vingt-neuvième place mondiale. « Dans l’ensemble, ce n’est pas trop mal et je n’ai pas fait une mauvaise saison », analyse-t-il à tête reposée et avant de partir découvrir le Cambodge. « Je reprendrai vraisemblablement l’entrainement à la mi-juin car il est possible de skier sur les glaciers, à Val d’Isère notamment, avec l’ambition de bien me préparer pour réussir une belle saison. »

Avant de nous quitter, Armand, qui n’a jamais mal vécu les périodes de compétition – « je me dis toujours que les épreuves sont une chance pour moi de faire de mon mieux dans une discipline dans laquelle je me sens à l’aise et pour laquelle je m’investis énormément » – ne manque pas de distiller quelques précieux conseils aux aspirants. « Pour performer à ski, il faut avoir beaucoup de feeling, ressentir la piste sous les « pieds » mais aussi avoir de vraies qualités mentales car cela va tellement vite. Il faut être capable de répondre présent lors des deux manches », conclut-il.

Thiebaut Colot

Crédit photo : Armand Marchant

Soumettez un sujet pour le magazine #Liégeois