#Liégeois — Magazine de référence pour la Province de Liège
Nous sommes le 14 Juin 2024, il est 14:02pm
«

« Je n’aurais pas pu rêver meilleur come-back »

Sport

Son histoire avait ému la Belgique entière. Parmi les premières victimes du Covid-19, Elia Fontaine avait frôlé la mort et été amputée d’une jambe mais grâce à une force de caractère impressionnante, la jeune Hutoise a pu retrouver une vie normale et les terrains de basket où elle a brillé avec un titre de championne en deuxième régionale.

Elia, t’attendais-tu à vivre pareille saison en début de championnat ?

Non car nous étions une nouvelle équipe, un nouveau groupe avec un nouveau coach. Et nous pensions d’abord à nous connaître avant d’obtenir de si bons résultats.

Qu’est-ce qui explique ces excellents résultats matérialisés par une saison régulière dominatrice et un titre conquis contre Alleur en finale des Playoffs de deuxième régionale ?

La mixité de l’équipe avec des filles d’âges différents et qui avaient des expériences différentes. Sans oublier Nina Crelot (ndlr : ancienne joueuse de D1) qui rien que par sa présence, sa motivation et l’envie de porter l’équipe le plus haut possible nous a donné confiance.

Quels furent les moments forts de cette saison ?

D’un point de vue personnel, avoir réintégré mon équipe et remonter sur le terrain avec celle-ci fut le moment le plus fort pour moi. Collectivement, cela reste l’enchainement des victoires et l’entente du groupe grâce à la bonne intégration des nouvelles recrues. Nous avons vraiment réussi à créer un groupe soudé sur le terrain et en dehors.

Après tout ce que tu as traversé, ce titre conquis contre Alleur doit avoir une saveur toute particulière.

Bien sûr. C’est une belle revanche par rapport à il y a quatre ans (ndlr : Huy avait perdu contre Alleur en finale de cette même division). Je n’aurais pas pu espérer un meilleur come-back.

Comment se passe ton quotidien et comment as-tu réussi à si bien progresser sur le parquet et dans la vie ?

Mon quotidien se déroule très bien, comme avant en fait. Pour le basket, cela n’a pas toujours été facile. Je trouvais que je ne progressais pas assez vite, j’étais impatiente de retrouver mon niveau. J’avoue que j’ai versé plusieurs fois quelques larmes mais les filles du groupe m’ont portée vers le haut. Savoir que mes coéquipières du début ont toujours cru en moi et m’ont toujours laissé avancer à mon rythme sans douter de moi m’a permis de retrouver mon niveau d’avant.

Thiebaut Colot

Crédit photo : DR

Habits & Métiers