#Liégeois — Magazine de référence pour la Province de Liège
Nous sommes le 25 Avr 2024, il est 5:56am
«

« Vous connaissez tous le cinéma que nous vivons actuellement »

Économie

Les travaux, la crise du Covid, l’explosion du prix de nombreuses matières premières et le chantier du tram : c’en est trop pour Tea Late qui baisse le rideau, quatre ans après son ouverture.

Lancé en 2018, Tea Late, lieu éco-éthique inspiré de l’univers d’Alice au pays des merveilles et aussi sympathique qu’original pour Liège, sera désormais fermé. La faute à une succession de galères : travaux place des Carmes, pandémie mondiale, explosion du prix de nombreuses matières première corrollée avec la baisse du pouvoir d’achat de la population et, last but not least, l’interminable chantier du tram. En octobre 2018, Tea Late ouvrait ses portes, proposant ses créations stylées dans un cadre enchanteur. « On avait à peine 25 ans. Nous étions plein de rêves, c’était le début de notre histoire… Mais c’est sans compter sur les ennuis qui commençaient déjà ! Rappelez-vous, en janvier 2019, des travaux ont débuté dans la rue des Carmes. Et ils ont duré 10 mois… Pour un projet à peine sorti de l’œuf c’était une fameuse épine dans le pied », écrivent les propriétaires de l’établissement dans un touchant témoignage publié sur les réseaux sociaux. »

Et voilà que faute à un foutu Pangolin, le Covid faisait son apparition, paralysant le monde entier pendant près de deux ans ! Motivés comme jamais, Sarah et Benoît devaient rapidement déchanter. « Après cette période Covid (qui continue de tous nous coller a la peau…), nous nous disions que nous réussirions à remonter la pente, mais c’est sans compter sur les travaux du tram et la métamorphose constante de notre ville », écrit le couple. « Vous connaissez tous le cinéma que nous vivons actuellement : un balais de barrières de chantier qui n’en finissent pas, de machines qui ne rendent plus la ville sexy (et elle ne l’était déjà plus beaucoup), de l’insécurité face à la pauvreté constante… Bref, un enfer pour vivre et venir en ville… »

Sans compter que comme d’autres commerces et artisans, Sarah et Benoît devaient faire face à d’autres défis conjucturels. « Et si encore il n’y avait que ça… on aurait peut-être pu y faire face une nouvelle fois… Mais on en parle de la crise économique que tout le pays vit en ce moment ? Avec l’augmentation de toutes nos charges, mais une diminution du pouvoir d’achat de tous les citoyens, comment pouvons nous faire face à un tel déséquilibre ? », s’interrogent-ils ?

Néanmoins, déçus, frustrés mais pas amers, Sarah et Benoît ne manquent pas de souligner le positif de cette jolie aventure. « Dans cette histoire, il y a quand même de belles choses à raconter ! Des rencontres incroyables, des amitiés, des clients qui se rencontrent et qui se marient, des projets qui naissent grâce à de l’inspiration partagée,… En soi, vous, clients et amis, avez été le ciment qui a colmaté nos petites fissures. Car c’est pour vous et grâce à votre soutien que nous avons souhaité nous battre autant ! »

Arrivés au bout de leurs « capacités émotionnelles, physiques, et surtout financières », « rincés par toutes ces épreuves », le couple met un point final à Tea Late sur une note positive. « Nous vivons cette expérience comme quelque chose de super positif, surtout d’un point de vu humain et social. Ce fût un projet qui nous aura enrichi, non pas en argent, mais en expérience de vie et professionnelle ! » concluent Sarah et Benoît qui, à n’en pas douter, ne manquent pas de projets.

Thiebaut Colot

Crédit photo : Tea Late

Habits & Métiers