#Liégeois — Magazine de référence pour la Province de Liège
Nous sommes le 20 Mai 2024, il est 8:56am
«

« Le public nous a poussés à nous surpasser, c’était vraiment dingue ! »

À la une Portraits Sport

Notre belle province comporte de nombreux sportifs qui s’illustrent au-delà de nos frontières. C’est le cas de Justin Kohajda qui brille en BNXT League avec le Circus Brussels Basketball et vient de réaliser une performance dantesque dans un match historique. Portait d’un champion.

Justin Kohajda est désormais devenu un routinier de l’élite belge et uen valeur sûre de la compétition. Avec ses 2,07 mètres, le natif de Saive ne passe pas inaperçu, son gabarit et son look lui ayant même valu le surnom de « Viking ». Il faut dire que ce sympathique gaillard de 27 ans fait un chantier partout où il passe. C’est au Country Hall, avec Liège Basket, que Justin fit ses premiers pas en D1 belge. En 2016, il prit la direction d’Ostende où il évolua en double affiliation. « C’était la première fois que je quittais le domicile familial. Je cherchais à sortir de ma zone de confort pour voir de quoi j’étais capable », m’avait-il confié à l’époque. Pris sous son aile par Sam Rotsaert, l’actuel coach du Spirou Charleroi, le Liégeois se perfectionne. Il découvre également Dario Gjergja, sélectionneur des Belgian Lions et toujours en place à Ostende. « Je sais que certains critiquent parfois son tempérament volcanique, mais moi j’aime bien, justement, ce type de caractère. J’ai besoin de ce type de coach pour progresser car j’ai, moi aussi, du caractère. »

Si Justin ne reste qu’une saison à la Côte, celle-ci fut capitale pour l’évolution de sa carrière. « C’est l’année où j’ai le plus progressé, indubitablement », m’affirmait le pivot. « Et c’est aussi l’année où j’ai vraiment commencé ma vie de joueur professionnel, une vie que je souhaite à tout le monde. J’aime tellement ce sport que pouvoir en faire mon métier est une chance incroyable. »

L’année suivante, Justin mit le cap sur Alost pour y rencontrer un autre entraineur bouillonnant : Jean-Marc Jaumin. « Je ne le connaissais pas personnellement auparavant mais, étant gamin, j’ai suivi son parcours, au Real Madrid notamment », confessait le talentueux Liégois. « En tant que coach, j’adore vraiment sa façon de travailler. Si tu foires, tu en prends pour ton grade mais ça reste toujours positif. Et ça t’encourage à donner le meilleur de toi-même. »

Après une saison à Alost, l’intérieur au physique impressionnant se rapprochait de Liège en signant à Limburg avant d’effectuer son retour au Country Hall la saison suivante. Un exercice qui marque l’explosion du Liégeois qui compila plus de 8 points et 7 rebonds avec les Sang et Marine. De quoi attirer l’attention de clubs plus huppés et s’offrir une première expérience à l’étranger, à Valladolid en Espagne. La saison 2021-2022 marquait le deuxième retour de Justin au Country Hall avec, à nouveau, de solides performances à la clé : plus de 9 points et 7 rebonds par match. En décembre 2022, après plusieurs mois sans contrat, le Liégeois prenait la direction de la capitale et du Circus Brussels où il retrouvait… Jean-Marc Jaumin ! Rapidement, le « Viking » fit l’unanimité et est prolongé par le club bruxellois avec qui il réussit une performance exceptionnelle le week-end dernier au terme d’un match historique.

Justin, c’est un match totalement fou qui eut lieu vendredi dans la capitale belge avec pas moins de trois prolongations pour départager ton équipe du Brussels et celle de Mons-Hainaut. Qu’est-ce que cela fait de disputer un match de 55 minutes avec la victoire au bout ?

C’est un réel accomplissement de nous être battus jusqu’au bout et d’avoir été récompensés pour ça. Cela fait vraiment du bien !

Est-ce le match le plus dingue auquel tu as participé dans ta carrière ?

Il y a déjà eu quelques rencontres dont je me souviendrai toujours, mais c’est sûr et certain que je ne suis pas prêt d’oublier ceui-ci. Le plublic a mis le feu à la salle pour nous pousser à nous surpasser, c’était vraiment dingue !

Comment te sens-tu au Brussels et comment envisages-tu la seconde moitié de saison ?

Je m’y sens bien au final. J’ai la pleine confiance de mon coach, nous gagnons quelques matchs… Le travail que nous mettons en place paie tout doucement, c’est gratifiant ! Pour la suite de la saison, nous allons aborder les matchs les uns après les autres mais le but est de finir le plus haut possible pour essayer d’aller loin en Playoffs.

Thiebaut Colot

Crédits photos : Circus Brussels Basketball et Ana Puentes

Liège & Basketball