#Liégeois — Magazine de référence pour la Province de Liège
Nous sommes le 23 Fév 2024, il est 1:04am
«

« J’ai toujours adoré la mode et eu un look assumé »

À la une Économie Portraits Sport

#Liégeois vous emmène à la rencontre de Lola Paulus, la fondatrice de la boutique en ligne LUPI.

Depuis toute petite, Lola Paulus se passionne pour le basket. C’est à quinze ans qu’elle dispute son premier match en D1 avec Sprimont avant de suivre le club, devenu Liège Panthers, au Sart Tilman. Hélas, de multiples graves blessures – trois opérations à un genou, une à l’autre – ont raison de ses ambitions et à l’âge de 22 ans, elle raccroche ses sneakers pour devenir coach de la R1 – l’antichambre de l’élite – des Liège Panthers, avec qui elle a déjà remporté une Coupe régionale, et entraine depuis cette année les jeunes pépites au Centre de formation AWBB à Jambes. « Le sport de haut niveau m’a servi et me sert dans ma vie de tous les jours. Cela m’a conduit à avoir cette rigueur, cette discipline et cet investissement personnel nécessaires pour entreprendre », sourit-elle. « Le coaching a développé certains aspects de ma personnalité, me permettant de mieux communiquer avec autrui, de davantage oser aller vers les autres. Cela forge la personne que je suis. »

Après ses études secondaires, cette jeune femme souriante de vingt-cinq ans entame un cursus à HEC. Un bac en sciences de gestion d’abord, un master en banque et gestion de biens ensuite. « J’avais un peu choisi ces études par défaut, ne sachant pas trop vers quoi m’orienter alors que les HEC ouvrent beaucoup de portes », précise-t-elle. « Durant mes études, j’ai pu acquérir des compétences utiles pour ma vie professionnelle et personnelle, comme c’est le cas, je pense, pour la plupart des étudiants universitaires. »

A la sortie de ces années à la rue Louvrex, Lola travaille un an dans l’audit. « Ce n’était pas ma passion mais je disposais de bonnes conditions salariales, d’une stabilité, d’un certain confort de vie malgré l’importante charge de travail », justifie-t-elle. Sa passion est ailleurs : dans la mode. « J’ai toujours adoré la mode et les vêtements », s’enthousiasme-t-elle.

Elle décide alors, avec courage – vu la conjoncture – et ambition de lancer sa propre boutique en ligne de vêtements. « Je me suis engagée dans ce projet sans me mettre trop de pression », m’explique Lola. « J’adore entreprendre et gérer une affaire de A à Z. »

LUPI – contraction de Lola Paulus et de Uki, le berger australien de la Comblinoise – naquit ainsi le premier novembre dernier. Toutes les deux semaines, la pétillante passionné de fringues « monte » à Paris pour découvrir les nouvelles collections. « C’est assez exaltant, excitant, sauf quand je suis restée bloquée dans la récente tempête de neige », rigole-t-elle.

Dans la capitale française qui est aussi, – ça tombe bien ! – celle de la mode, Lola tente de dénicher des pièces qui vont plaire à sa clientèle et affirmer le style prôné par LUPI : sportswear chic avec une touche de paillettes. « J’ai toujours eu un look assumé – mon combo préféré c’est jogging et blazer – et j’essaie, avec LUPI, de trouver le juste milieu entre mes aspirations et celles de mes clientes, toujours avec la volonté de me démarquer d’autres boutiques et de rester authentique », m’assure-t-elle. « Les retours des clients, même s’ils sont parfois difficiles à obtenir, sont particulièrement utiles pour affiner mes choix, l’idéal étant de pouvoir proposer des pièces singulières et d’oser certains twists. »

Pour les amatrices de shopping, LUPI propose deux options : soit la commande sur la boutique en ligne, soit un rendez-vous chez Lola pour essayer les fringues souhaitées et ainsi vivre une vraie expérience de fashionista dans un cadre agréable. Femme de son temps, Lola utilise beaucoup les réseaux sociaux – Insta surtout mais aussi Facebook et TikTok – pour communiquer sur ses collections. « Je prends beaucoup de plaisir dans cet aspect-là du job : fédérer une communauté, communiquer sur les réseaux, réaliser des montages vidéo », reconnait celle qui officie également comme Community Manager pour Boudoir Privé, un magasin liégeois de robes de mariée.

Avec son enthousiasme, des fondations solides et son goût très sûr, Lola envisage l’avenir sereinement. « L’idée d’un magasin physique à terme, pourquoi pas. L’objectif dans un an serait de pouvoir vivre exclusivement de LUPI. Je veux grandir mais pas trop, de manière à ce que cela reste mon truc et que je puisse le gérer seule », conclut-elle dans un franc éclat de rire.

Site internet : LUPI – Vêtements et accessoires pour femmes (lupi-boutique.be)

Instagram : lupiboutique 

Facebook : Lupi boutique | Comblain-au-Pont | Facebook

Thiebaut Colot

Crédits photos : LUPI

La Maraudière