#Liégeois — Magazine de référence pour la Province de Liège
Nous sommes le 22 Fév 2024, il est 0:17am
«

« Je n’ai que deux limites : mon imagination et mon outillage »

À la une Économie Portraits

Nicolas Pierre est un artisan passionné par le bois. A #Liégeois, nous avons testé pour vous une création de ce sympathique Aqualien.

Chez #Liégeois, nous avions été les premiers à vous parler de Nicolas Pierre, un artisan passionné par le bois. « Depuis que je suis gamin, j’adore bricoler. J’apprécie particulièrement le bois, une matière noble, vivante, qui évolue avec le temps », nous avait confié cet Aqualien de quarante-et-un ans qui, voici trois ans et sur un coup de tête, avait acheté un tour à bois. « J’ai directement accroché et découvert une autre manière de travailler le bois. »

En total autodidacte, Nicolas tâtonne, multiplia les tentatives et les expérimentations. « Je me documente beaucoup et je fonctionne énormément sur base d’essais-erreurs », nous avait-il précisé. Comme pour beaucoup d’autres, le confinement se révéla un accélérateur pour cet enseignant qui s’adonna davantage à son hobby. « Cela devenait presque une drogue, j’avais besoin de descendre dans mon atelier tous les jours, parfois pour un projet précis, parfois en me laissant guidé au gré du hasard. »

Il y a un an, Nicolas perdait sa maman avec qui il entretenait une relation fusionnelle. Une épreuve particulièrement difficile à surmonter. « Le travail du bois fut un véritable exutoire », reconnaissait-il avec pudeur. Les retours positifs sur ses créations le poussèrent à lancer une page Facebook – NPI Artisan – pour y partager sa passion et ses réalisations. « La mention Artisan signifie que j’ai reçu la macaron et l’autorisation légale d’avoir ce label. »

Un temps orienté sur l’élaboration de lampes en pied de vigne, ce sympathique quadragénaire décida de se diversifier, au gré de ses envies ou de celles de ses clients, confectionnant des stylos, des vases, des planches pour l’apéro ou encore des bols. « J’apprécie utiliser différents bois : vigne, olivier, chêne, ébène en fonction de la finalité à laquelle je le destine. J’essaie de privilégier du bois récupéré que je transforme », nous expliquait-il. « Je dois parfois laisser le bois reposer pendant de longs mois avant de pouvoir l’utiliser. »

L’envie et la passion sont au cœur de la démarche de Nicolas. « L’artisanat n’est pas rémunérateur, encore moins maintenant avec la hausse du prix de l’énergie », soulignait-il. L’inspiration lui vient spontanément ou en observant ce qui peut aussi se faire ailleurs. « Je n’ai pas inventé le fil à couper le beurre », plaisantait-il. « Je n’ai que deux limites : mon imagination et mon outillage. Mais je tente toujours de trouver des solutions pour parvenir à mes fins. »

A #Liégeois, poussant le professionnalisme à son paroxysme, nous avons testé le stylo que nous avait envoyé Nicolas. Aussi élégant qu’agréable à tenir en main, il se révèle être un partenaire idéal pour prendre des notes à la volée lors des conférences de presse, interviews et autres réunions. Un bel objet, efficace et artisanal.

Le savoir-faire de Nicolas Pierre, qui est allé se perfectionner à l’école de tournage sur bois Escoulen – « un vrai bonheur » -, a rapidement été reconnu par d’autres médias qui se sont empressés de mettre d’autres coups de projecteur sur son travail. RTC a ainsi rendu visite ce passionné pour qu’il fasse découvrir son atelier (un reportage à découvrir ici) avant que la télé flamande ne se penche sur les réalisations de l’Aqualien (un reportage à découvrir ici). Une belle mise en valeur pour Nicolas qui adore partager sa passion et ses bons conseils et qui expose actuellement à Narbonne (voir ici).

Thiebaut Colot

Crédits photos : NPI Artisan et Sable

Soumettez un sujet pour le magazine #Liégeois