#Liégeois — Magazine de référence pour la Province de Liège
Nous sommes le 30 Mai 2024, il est 8:56am
«

« A Liège, une oasis s’appelle un bar, un barnaval »

À la une Chroniques Culture Spectacles

Fantaisie zoologiste convoquant un formidable bestiaire, le Carnaval des animaux mis en scène par Luc Petit fit un triomphe à l’OPRL.

Le premier mars, nous étions à l’OPRL pour découvrir Le Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns revisité par Luc Petit. Un formidable spectacle mêlant musique classique, danse, effets spéciaux et même des chants lyriques qui fut copieusement applaudi par la foule nombreuse, petits et grands demeurant ébahis et émerveillés par cette version moderne et trépidante de l’œuvre la plus connue du célèbre compositeur français.

En maître de cérémonie et dans le rôle du Monsieur Loyal, Bruno Coppens rythma cette fresque grandiose d’une impeccable prestation scénique et de jeux de mots, calembours et calembredaines dont il a toujours eu le secret. Bien dans l’air du temps, l’ancien Monsieur Virgule de la mythique émission « Ici Bla-Bla » ne manqua pas de faire des références à Chat GPT, aux interminables travaux du tram à Liège, à Michel Berger et Céline Dion tout en inventant des mots-valises savoureux comme le « tsunamour » ou en assurant qu’à Liège « une oasis s’appelle un bar, un barnaval ».

Comme souvent, Luc Petit – fortement applaudi à son entrée sur scène alors que sa marraine était, ce soir-là, dans l’assemblée – avait réussi son pari : faire de cette faune truculente, de ce formidable bestiaire, une fresque grandiose, colorée et pétillante, « qui marquera les esprits et les sens par son audace, sa créativité et sa fantaisie ». Pour accompagner les mélodies de Camille Saint-Saëns, le Tournaisien d’origine, connu et réputé dans le monde entier pour sa capacité à créer de la magie, avait décidé d’utiliser tout l’espace : un grand miroir accroché au-dessus de la scène et, parfois, des personnages qui déambulaient dans les allées de l’OPRL. Outre des scènes savamment chorégraphiées, cette fantaisie zoologiste convoqua certains d’entre eux – éléphant, zèbre, méduses, oiseaux – pour le plus grand plaisir des nombreux spectateurs réunis ce 1er mars. Un tourbillon de couleurs, de matières, de sons, des décors somptueux mais aussi de la danse, un orchestre particulièrement actif et la présence remarquée d’une chanteuse lyrique firent de ce Carnaval – qui se termina au son du … Carnaval de Rio – une totale et absolue réussite. « Quelle explosion pour les sens, quel bonheur pour le cœur et l’esprit », résuma en quelques mots une spectatrice entièrement conquise. Bravissimo maestro !

Thiebaut Colot

Crédits photos : Sable

Habits & Métiers