#Liégeois — Magazine de référence pour la Province de Liège
Nous sommes le 30 Mai 2024, il est 9:48am
«

« Transmettre un bel objet et surtout son histoire »

À la une Culture Économie Portraits

#Liégeois vous emmène à la rencontre d’Aurore Morisse, récemment nommée Citoyenne d’honneur de la Ville de Liège.

Il existe chez Aurore Morisse une profonde dualité. Jeune femme résolument de son temps, elle est pourtant spécialisée dans la recherche, l’évaluation et la vente de beaux objets, la plupart issus d’une autre époque. Personnage solaire et médiatique, elle chérit pourtant sa solitude. « Je suis comme un chat sauvage », me souffle-t-elle lorsque je la rencontre dans sa galerie où s’amoncelle une multitude de trésors.

Le goût du beau, la passion de l’antiquariat et de l’art, Aurore les a développés dès l’enfance, ses parents possédant La Maison Walesa, un magasin d’antiquités, dans lequel elle a travaillé avant de tracer sa propre voie. « Avec des parents antiquaires, j’ai grandi dans le beau et ma passion s’est naturellement développée », reconnait celle qui se définit désormais davantage comme une marchande d’art. « L’antiquariat est un secteur qui suscite de nombreux fantasmes mais qui a perdu, au fil de temps, de son élitisme et de sa splendeur. Cette profession, comme beaucoup d’autres, a évolué, notamment avec l’avènement d’internet et l’apparition des réseaux sociaux. Mes clients peuvent poser de nombreuses questions en ligne et achètent parfois directement une pièce via ces canaux. Cependant, internet a aussi compliqué ce métier, notamment concernant la politique de prix et il faut pouvoir posséder un argumentaire juste. »

Une vocation pour celle qui fut – et l’est encore parfois – mannequin. « Ce que j’aime, c’est avoir un bel objet entre les mains, transmettre un bien et surtout son histoire. Toutes les pièces qui se trouvent dans ma galerie, je sais d’où elles proviennent et où elles iront. Cet aspect-là, la transmission, est fondamental », m’explique Aurore. « De plus, je suis quelqu’un qui aime apprendre constamment – une vraie boulimique de la connaissance – et c’est l’une des spécificités de ce métier : on apprend tous les jours. Cette panoplie de choses à découvrir, cet apprentissage au quotidien me font vibrer. Il me faudrait quatre ou cinq vies pour tout connaître de tout, et encore ! »

Une vie déjà bien remplie, la Liégeoise bossant de tôt le matin à tard le soir – « même si j’essaie, avec un coach, d’améliorer mon temps et mon équilibre entre vie privée et professionnelle » – et qui l’amène régulièrement sur les routes pour participer à des foires, des salons ou se rendre chez les particuliers. « Le plaisir, les projets et les challenges me font avancer. Je suis une hyperactive avec un cerveau en arborescence et j’ai une totale curiosité », me précise-t-elle.

Un quotidien trépidant auquel s’ajoute sa participation à la célèbre émission française « Affaire conclue ». « J’aime beaucoup cette expérience qui m’a apporté et m’apporte de la crédibilité et de la légitimité mais aussi des amis », poursuit Aurore. « Je ne m’attendais pas à acquérir une telle visibilité et une telle notoriété et à connaître une ascension aussi rapide. C’est une très belle surprise. »

À la TV comme dans la vie, Aurore fonctionne à l’instinct et au coup de cœur. « Je suis persuadée qu’il y a une part d’inné dans le talent et que les compétences s’acquièrent avec l’expérience », continue-t-elle avant de me détailler comment elle procède pour décider d’acquérir ou non un bel objet. « Je me demande d’abord si j’aime l’objet en question et puis si je vais avoir un potentiel client pour celui-ci. Ensuite, je réfléchis à la restauration et à la logistique et enfin au prix. »

Grâce à ses qualités et sa passion, cette trentenaire dynamique et souriante a pu développer un large réseau. « J’ai une clientèle incroyable », s’enthousiasme-t-elle. « Mes clients sont généreux, compréhensifs, fidèles et amoureux des belles choses. » Ne dit-on pas que qui se ressemble s’assemble ? Dans son magasin, Aurore possède une boîte magique dans lequel se nichent des bijoux, des fantaisies, de petites voitures. « C’est pour les enfants quand ils viennent, ils peuvent piocher un objet et je leur explique sa provenance, son histoire. Quand je reçois, quelques semaines plus tard, un coup de fil d’un client m’annonçant que son gamin a, grâce à cette petite voiture de ma boîte magique, commencé une petite collection de voitures anciennes, c’est le plus beau des cadeaux », sourit-elle.

Citoyenne du monde appréciant diverses cultures et civilisations, Aurore n’en reste pas moins attachée à ses racines liégeoises. « Liège est une ville à taille humaine avec ses adresses cachées et son accent dont je me moque. Les Liégeois sont ouverts et conviviaux. Ici, on se claque rapidement la bise et on se fait vite des copains en terrasse. C’est l’ardent Liège », soutient-elle avant de me livrer quelques-unes de ses bonnes adresses. « J’aime aller chez Marc, aux Sabots d’Hélène, quand il fait très froid. Kuore – qui signifie cœur en latin – est un restaurant réconfortant. Pour prendre un verre et discuter avec du monde, direction Le Piaf. Et pour dîner dans un bel écrin, il faut aller chez Baci. »

Animée par la passion et un esprit de partage, Aurore ne se fixe aucune limite et ne possède pas de plan de carrière. « Je vis à 100% dans le présent et suis bien incapable de dire où je serai dans dix ans. Je ne me prive de rien et je vais avec le vent », rigole-t-elle. Gageons qu’Aurore n’a pas fini de nous surprendre, et c’est tant mieux !

Plus d’infos : Aurore Morisse – Gallery (chestret5.be)

Thiebaut Colot

Crédits photos : Eric Mathieu www.facebook.com/ericmathieuphoto

Habits & Métiers