#Liégeois — Magazine de référence pour la Province de Liège
Nous sommes le 22 Juin 2024, il est 10:21am
«

« Mon havre de paix »

À la une Portraits

#Liégeois vous emmène dans l’atelier d’Anne-France Verlaine, sculpteuse qui fera découvrir son univers et ses créations le dernier week-end de mai lors du Parcours d’artistes.

En 2012, à la suite d’un changement dans sa vie personnelle, Anne-France Verlaine a ressenti l’envie de se tourner vers une occupation artistique et, très vite, c’est la sculpture qui l’a passionnée. Pendant sept ans, elle fréquenta l’Atelier Graffiti à Liège pour y développer et peaufiner sa technique. « C’était une petite bulle de bien-être qui m’a permis de rencontrer de chouettes personnes et de découvrir le monde de la sculpture », sourit-elle.

Au fil des années, son inspiration et sa technique évoluent. De bustes, femmes enceintes recroquevillées et Vénus callipyges au départ, Anne-France s’oriente ensuite vers la création de silhouettes de femmes élégantes et longilignes, portant parfois un chapeau, qui rappellent l’image d’Epinal que l’on se fait de la Parisienne. « Les tenues que j’observe autour de moi peuvent m’inspirer mais, globalement, c’est la terre qui me guide », me confie-t-elle. « Dans la sculpture, j’aime d’ailleurs énormément ce côté organique, le toucher de la terre, le lâcher-prise et la sérénité que cela m’apporte. C’est en quelque sorte un rendez-vous avec moi-même. »

Avec elle-même mais également avec les autres. « Cette passion m’ouvre à des échanges et des rencontres inattendues et magnifiques avec de belles personnes. C’est tellement magique et merveilleux », me confirme cette maman de grands enfants qui, en 2021, fait l’acquisition d’un four lui permettant d’augmenter sa production et de s’adonner à sa passion dès qu’elle en a l’occasion.

Un passage au four qui se révèle toujours une grande angoisse pour cette artiste passionnée. « Je suis heureuse lorsque j’ai terminé une sculpture mais je stresse toujours jusqu’à ce que la silhouette soit cuite, ce qui prend trente-six heures », reconnait-elle. « J’en recouvre certaines d’émaux car cela semble plaire. »

En 2021, Anne-France ouvre son atelier au public pour une première exposition qui suscite la curiosité et l’intérêt de plusieurs amateurs qui, par la suite, n’hésitent pas à lui passer commande. « C’est à la fois un stress – car je crains de décevoir – mais aussi un grand bonheur car c’est une forme de reconnaissance. Et je suis super heureuse comme, lorsque pour la fille d’une Ninanaise, la création plaît et provoque l’émotion », détaille-t-elle. D’ailleurs, il y a une histoire derrière chaque sculpture et les propriétaires des œuvres d’Anne-France n’hésitent pas à lui envoyer en photo le lieu où elles sont installées.

En octobre dernier, Anne-France a participé à la deuxième édition d’Art au Féminin à l’Hôtel Verviers. Ce dernier week-end de mai, elle ouvrira les portes de son atelier pour faire découvrir son univers dans le cadre du parcours d’artistes. Une belle manière d’admirer le travail de cette passionné pour qui la sculpture est un équilibre. « J’ai envie que cela reste une passion, un loisir afin de conserver mon havre de paix », conclut-elle.

Plus d’infos : Parcours d’artistes : Atelier n°34 | Facebook , AF Verlaine Sculpture | Facebook

Thiebaut Colot

Crédits photos : A-F Verlaine

Liège & Basketball