#Liégeois — Magazine de référence pour la Province de Liège
Nous sommes le 25 Avr 2024, il est 13:06pm
«

« Un rêve de gosse »

À la une Portraits Sport

Valentin Moniquet, jeune préparateur physique liégeois formé au Sport-Etudes-Basket de Liège Atlas, continue sa formidable ascension en rejoignant la franchise du Thunder de l’Oklahoma en NBA. Interview.

C’est un véritable petit exploit qu’a réussi Valentin Moniquet qui vient de s’engager avec la franchise du Thunder d’Oklahoma City en NBA en tant que préparateur physique. Pour celles et ceux qui ne connaitraient guère le basket, rejoindre la NBA c’est un peu comme s’engager avec le Real Madrid en football, c’est le Graal absolu. Formé au Sport-Etudes-Basket de Liège Atlas sous la houlette d’Yvan Fassotte, ce jeune Liégeois a continuellement progressé dans sa profession, notamment dans le célèbre club français de l’ASVEL – qui appartient à l’ancien joueur NBA Tony Parker et où évolue, dans l’équipe féminine, la meneuse liégeoise Julie Allemand – et cette année à l’Université d’Iowa au point de devenir une véritable pointure parmi les préparateurs physique du monde entier. Avec enthousiasme et humilité, il se livre à #Liégeois.

Valentin, c’est un rêve qui se réalise pour toi ?

Oui, c’est un rêve qui se réalise, un rêve de gosse. Pendant dix ans j’ai cru que j’allais être basketteur pro et jouer en NBA et j’ai trouvé une autre manière d’y arriver. Je crois même pouvoir dire que c’est le rêve de millions de personnes sur cette planète tant la NBA a une renommée internationale. J’ai compris une fois arrivé aux Etats-Unis que ce rêve pouvait se transformer en objectif tant les opportunités sont importantes de l’autre côté de l’Atlantique.

Quelles sont tes envies pour ce nouveau défi ?

Avoir une stabilité en NBA, continuer d’apprendre et essayer de me faire un nom dans ce milieu-là.

Que retiens-tu de ton expérience avec l’université d’Iowa ?

C’est clairement le facteur X et la raison pour laquelle je vais pouvoir rejoindre la NBA. C’est là que j’ai appris, que je me suis épanoui, que je créé de la confiance avec les joueurs. C’est là que j’ai appris comment fonctionnait la préparation physique basket aux Etats-Unis. Sans ça, je ne serais pas là aujourd’hui.

Quelles sont les qualités indispensables pour être un bon préparateur physique ?

L’humilité, la modestie, savoir rester concentré sur des principes de bases et par conséquent éviter toutes les choses folles qu’on voit sur Instagram. Il faut d’ailleurs rester éloigné des réseaux sociaux et ne pas se laisser influencer par eux. Il faut pouvoir comprendre ce que tu fais et pourquoi tu le fais et ne pas être « fancy » avec des exercices faux.

Thiebaut Colot

Crédits photos : DR

Liège & Basketball