#Liégeois — Magazine de référence pour la Province de Liège
Nous sommes le 25 Avr 2024, il est 9:33am
«

« Un véritable processus de création passionnant » 

À la une Horeca Portraits

#Liégeois vous emmène en voyage dans un terroir exceptionnel à la rencontre de Matthieu Faurie-Grépon, régisseur du Domaine Mas Saint Louis à Châteauneuf-du-Pape.

« Ma famille n’œuvrait pas dans la vigne mais a toujours apprécié déguster de bons vins et bien manger. Forcément, cela a sans doute un peu titillé mon intérêt pour le secteur », commence Matthieu Faurie-Grépon. Après le bac, celui qui est originaire du Lot s’interroge sur le cursus à suivre et, après avoir compulsé un bouquin, décide d’entamer un BTS viticulture et œnologie à Bordeaux. Après avoir bossé comme maître de chai et ouvrier viticole dans le Vaucluse, son envie de bouger l’entraîne, en 2011, à Châteauneuf-du-Pape au sein du Domaine Mas Saint Louis.

Un Domaine fondé en 1890 par Jean-Louis Geniest qui l’a ensuite transmis à son fils Gabriel, qui l’a lui-même cédé au sien, Louis, et au fils de celui-ci, Jean, dont c’est désormais l’épouse Monique qui en a la charge. Sur ces terres jouxtant l’ancienne route ralliant Avignon à Châteauneuf-du-Pape, Matthieu débute comme maître de chai. « Comme le domaine n’était pas très connu, j’avais un peu carte blanche », souligne-t-il. À force de réflexion et de travail, les vins élaborés au sein du Mas Saint-Louis, un domaine de 30 hectares d’un seul tenant – « pratique pour l’exploitation mais risqué aussi quand les conditions climatiques se dérèglent » -, connaissent un succès croissant. Matthieu se retrouve alors régisseur et au four et au moulin, s’occupant de la vigne qu’il supervise, de la cave – vinification, élevage, mise en bouteille – ainsi que du développement commercial et de la gestion comptable. « Nous sommes une équipe de trois, j’ai à mes côtés un ouvrier viticole qui est mon second dans la vigne et une personne chargée du secrétariat et de tenir le caveau », me précise Matthieu. « C’est très stimulant comme profession, cela implique des responsabilités, d’être toujours au top et capable de se renouveler chaque année. » Et d’ajouter : « Nous avons pu nous développer grâce à certaines récompenses, à de bonnes cotations. C’est important pour la visibilité et pouvoir faire son trou car il y a de très nombreux vins de qualité à Châteauneuf. »

Un véritable « métier passion » pour ce presque quadragénaire à la mine juvénile. « J’aime tout dans mon job, notamment l’idée de partir d’une souche de vigne, de faire pousser le raisin, de chercher la meilleure maturité possible pour arriver au nectar. C’est un véritable processus de création passionnant », s’enthousiasme-t-il. « De plus, chaque millésime est différent, c’est un éternel recommencement. »

D’autant plus qu’en bon vigneron, Matthieu adore les jolis jus. « Je ne déguste pas assez, faute de temps », regrette-t-il. « Le vin est une passion, une vraie. Cela me transporte, j’ai besoin de le vivre et de l’analyser, comprendre ce que le vigneron a voulu faire et exprimer au travers de sa bouteille, de savourer ce processus créatif. »

Dans une région où le vin est pratiquement une religion, la qualité doit primer sur la quantité, la réglementation n’autorisant les producteurs qu’à 35 hectolitres par hectare. « Nous sommes nous dans une fourchette oscillant entre 25 et 30 hectolitres par hectare avec une vraie démarche qualitative », précise Matthieu. « L’envie est de travailler la vigne du mieux possible, ne pas la surcharger, réfléchir à la taille et ne pas épuiser la plante ainsi que de faire attention aux intrants. Être dans la vallée du Rhône oblige à une forme d’excellence, d’autant que tous les vins français grimpent en qualité. Il faut toujours chercher le meilleur et rester en haut de la vague. »

Si Matthieu ne souscrit pas à la tendance des vins naturels, les boutanches du Mas Saint Louis sont certifiées HVE, soulignant que le vin est « issu d’une exploitation haute valeur environnementale » respectueuse de la biodiversité. « Nous sommes tous davantage concernés par le mode de vie à adopter et la nécessité de respecter la nature. Il y a une grosse prise de conscience à ce niveau-là avec plein d’acteurs qui veulent faire bouger les choses dans le bon sens », remarque ce passionné. « Dans mon métier, la nature demeure au centre de nos préoccupations et de nos inquiétudes. Il faut pouvoir s’adapter à elle qui est capable, en une fraction de seconde, de réduire à néant une année de travail. »

Vendredi 11 novembre, Matthieu participait pour la première fois au Grand Salon des Vins du Rhône. « Je suis très heureux d’avoir participé pour la première fois à ce salon. Toute la journée, j’ai rencontré des amateurs de vin et reçu des retours très positifs, ce qui est évidemment gratifiant. C’est toujours formidable de constater qu’un lien se crée entre humains grâce au vin », savoure-t-il. « C’est lorsque le client se régale que je suis le plus ravi. »

Ayant volontairement fait le choix de ne pas être présent dans la grande distribution, Matthieu commercialise ses nectars via un grand réseau de particuliers, chez les cavistes et dans les restaurants. « Nos vins s’associent bien avec de bons produits », justifie-t-il. Une assertion que je ne peux que confirmer, certains millésimes du Mas Saint Louis ayant été largement plébiscités lors de la Soirée de Gala de la Baronnie Liégeoise des Costes du Rhône.

Matthieu sort chaque année quatre cuvées : une de blanc et trois de rouge. « Le blanc se marie parfaitement avec des fromages à pâte cuite ou du chèvre frais », conseille-t-il. « Le rouge ‘tradition’ est parfait avec des viandes rouges et même des plats assez simples alors que le ‘Grande Réserve’ se prête davantage à des préparations au goût plus prononcé, des gibiers, des sauces aromatiques. »

En Belgique, il est possible de se procurer ou de savourer les délicieux vins du Domaine Mas Saint Louis à la Villa Lorraine et chez Rob à Bruxelles, notamment, ainsi qu’à La Cave du Gone à Tilff. Bonne dégustation !

Thiebaut Colot

Plus d’infos sur Accueil – Domaine Mas Saint Louis (Châteauneuf du Pape) (mas-saint-louis.fr)

Crédit photos : Domaine Mas Saint Louis

Liège & Basketball