#Liégeois — Magazine de référence pour la Province de Liège
Nous sommes le 24 Juil 2024, il est 2:51am
«

« Liège coule dans mes veines comme la Meuse coule au milieu de la ville »

À la une Cinéma Culture Société

Ces quinze derniers jours ont vu Bouli Lanners être véritablement consacré par le monde du septième art. Une magnifique reconnaissance pour l’un des plus authentiques porte-drapeau de la Cité ardente.

Aux César, Bouli Lanners fut récompensé par ses pairs en remportant le prix du meilleur acteur dans un second rôle pour sa performance dans La nuit du 12. L’acteur de 57 ans, qui a élu domicile à Liège et est très impliqué dans la vie associative et culturelle de la Cité ardente, était particulièrement ému en recevant son prix, lâchant même un « p*****, je viens de Liège quand même » qui fit rire toute l’assemblée« C’était un cri du cœur. Je suis pas préparé ça, j’étais pas prêt à ça. Je suis né à La Calamine, je n’ai pas été formaté un jour à recevoir un César à l’Olympia! » confiait Bouli Lanners au micro de RTL. « J’ai toujours rêvé d’avoir la paternité d’une grande phrase qui traverse les siècles, maintenant j’en ai une très modeste. »

Une récompense qui eut un impact considérable à Liège et en Belgique. « Je suis allé prendre un café en ville avec ma femme, tout le monde est venu me féliciter, j’ai passé mon après-midi à dire merci. Je me suis rendu compte de l’impact de ce prix, surtout pour les Liégeois. J’étais ému que les gens soient contents pour moi », confirmait-il au micro de la RTBF.

Et si ce prix a autant touché les Liégeois, c’est sans doute parce que Bouli Lanners, qui est également un réalisateur talentueux à qui l’ont doit les très réussis films EldoradoLes GéantsLes Premiers, les Derniers ou encore L’ombre d’un mensonge, n’hésite pas à clamer son amour pour Liège. « Je suis viscéralement attaché à cette ville. Liège coule dans mes veines comme la Meuse coule au milieu de la ville. J’adore les Liégeois, j’adore me promener à Liège, je trouve que la ville est belle même si elle a été détruite par les années… Il se passe quelque chose à Liège qui ne se passe pas ailleurs », assurait-il pour RTL. « J’ai pratiqué beaucoup de villes mais il n’y a pas cet esprit, il n’y a pas cette communauté, il n’y a pas cette gentillesse, il n’y a pas cet humour, il n’y a pas ce mix entre le désespoir et un truc très drôle qui est propre à Liège. »

Après avoir brillé à la cérémonie des César, c’est à celle des Magritte que Bouli Lanners a triomphé, ajoutant plusieurs trophées (9 Magritte au total !) à sa collection. Ce passionné a logiquement remporté le prix du meilleur acteur pour sa prestation dans La Nuit du 12 mais aussi le Magritte du meilleur film et de la meilleure réalisation pour Nobody has to know, histoire d’amour avec l’Ecosse en toile de fond. Ce n’est rien de moins que la troisième fois que Bouli Lanners réalise le doublé film-réalisation lors du grand barnum du cinéma belge : un véritable exploit qui pourrait peut-être être le dernier, le Liégeois réfléchissant à se concentrer uniquement sur sa carrière d’acteur. « Le monde a beaucoup changé sur cette période et on est toujours en course. Mais aujourd’hui, je me classe parmi les vieux, et il est temps de laisser la place aux jeunes. Cela fait 25 ans que je fais de la réalisation, c’était une période merveilleuse, mais j’ai l’impression que tout ça forme un cycle », s’interrogeait-il pour la DH.

Quoi qu’il décide, Bouli Lanners continuera sans nul doute de porter haut les couleurs de Liège et de rendre fiers tous les Liégeois.

Bonus : la rencontre en vidéo de RTC et Bouli Lanners à voir ici.

Thiebaut Colot

Crédits photos : Bouli Lanners Officiel Facebook

Soumettez un sujet pour le magazine #Liégeois