#Liégeois — Magazine de référence pour la Province de Liège
Nous sommes le 20 Mai 2024, il est 8:22am
«

« L’intérêt supérieur de l’enfant prime toujours »

À la une News Santé Société

Depuis sa création en mai 2016, la Cellule Maltraitance du CHU-Citadelle confirme chaque jour toute son utilité. Récemment, 1000 places du concert de Typh Barrow au Forum de Liège furent vendues au profit de ce service indispensable.

La prise en charge d’enfants victime de maltraitances par le service pédiatrique CHU-Citadelle date de 2004 mais c’est en mai 2016 que fut créée une véritable cellule spécifique permettant d’accueillir des enfants de zéro à seize ans victime de différentes maltraitances – physiques, sexuelles, psychologiques, syndrôme du bébé secoué, négligences graves, etc. Un service hospitalier quasi unique en Belgique. « Les dernières années ont vu les cas cliniques de maltraitance infantile les et les situations psycho-sociales graves au sens large exploser en pédiatrie, notamment durant la crise Covid », explique le Dr Sandra Pannizzotto, coordinatrice de la cellule, dans un communiqué de presse. «Coordonner les actions des services hospitaliers et des services d’aide à la jeunesse a donc plus que jamais un sens, puisque l’objectif est d’éviter une hospitalisation de durée inadaptée, voire trop longue et dès lors, délétère ».

L’admision au sein de la cellule peut se faire de trois manières : une demande de bilan hospitalier par le SAJ ou le SPJ, l’arrivée de l’enfants via les urgences ou le dépistage, lors d’une consultation en pédiatrie, d’une situation de maltraitance ou à risque de l’être. « On va donc procéder à une évaluation des ressources familiales et de la pertinence ou non d’une hospitalisation », poursuit le Dr Pannizzotto, qui met en avant la pluridisciplinarité de l’équipe si d’aventure l’enfant devait être suivi dans l’institution : « Notre force, c’est de rassembler des pédiatres, des psychologues, des assistants sociaux, des psychomotriciens, des neuropsychologues, des pédopsychiatres, des éducateurs spécialisés, … A travers des activités thérapeutiques individuelles et en groupe, mais aussi des temps de rencontres encadrés avec les parents, nous sommes à même, après quatre semaines d’hospitalisation, d’énoncer des conclusions et des indications d’orientation, en toute transparence avec les parents ainsi qu’avec le SAJ ou le SPJ qui nous a mandaté ». 

« L’intérêt supérieur de l’enfant prime toujours, la période d’hospitalisation doit donc lui bénéficier »

Après sept années d’existence et une septantaine de cas gérés annuellement, cette cellule démontre chaque jour son utilité. « Les études internationales démontrent bien qu’une prise en charge précoce et bienveillante par une équipe spécialisée en maltraitance infantile permet de réduire les effets délétères pour l’avenir et la santé des patients. Or, c’est bien l’intérêt supérieur de l’enfant qui prime, d’autant que les enfants d’aujourd’hui seront aussi les adultes de demain : là aussi, notre travail sociétal de prévention est primordial », conclut le Dr Pannizzotto.

Très récemment, Typh Barrow faisait escale à Liège pour un double concert au Forum de Liège. L’occasion d’assister à une belle initiative solidaire des femmes du Inner Wheel Club Huy-Ocquier qui ont proposé de reverser 5 euros à la Cellule Maltraitance pour chaque place du concert de Typh Barrow vendue par leur biais. Une rencontre entre la chanteuse et des enfants fut également organisée quelques heures avant le concert, tout comme une prise de parole du Dr Sandra Pannizzotto en levée de rideau. Un total c’est un millier de place pour le concert de l’artiste belge qui furent vendues au profit de la Cellule Maltraitance !

Plus d’infos sur le service : https://www.chuliege.be/jcms/c2_20242207/fr/cellule-maltraitance/accueil

Thiebaut Colot

Un millier de places pour le concert de Typh Barrow vendues au profit de la Cellule Maltraitance

Liège & Basketball