#Liégeois — Magazine de référence pour la Province de Liège
Nous sommes le 25 Avr 2024, il est 10:50am
«

« J’ai l’impression d’être réellement devenu auteur avec Ecorce pâle »

À la une Culture Littérature Portraits

Dans son second roman Ecorce pâle, l’auteur liégeois Jonathan Laixhay déterre les racines du mal pour livrer un thriller captivant. Rencontre avec un passionné.

En 2021, Jonathan Laixhay sortait son premier roman, Noir Amer. Une première incursion réussie dans le monde de la littérature qui a encouragé ce sympathique quadragénaire à poursuivre l’aventure avec la sortie prochaine, le deux avril, de son second roman : Ecorce pâle« J’ai situé l’intrigue en Belgique, dans un village inventé. Je voulais instiller un sentiment de proximité pour les lecteurs belges et même français », souligne Jonathan. « Dans ce hameau, un drame survient, de ceux qu’on a plus l’habitude de voir aux USA, lorsqu’un élève tue un camarade de classe. Un jugement a lieu et une condamnation s’ensuit. Une nouvelle expertise psychologique est demandée afin de déterminer les conditions de détention du coupable. »

C’est à partir de là que le lecteur rentre réellement dans le récit, en suivant les entretiens du coupable avec les deux psychologues entrecoupés de flash-backs permettant de remonter à la source du drame et à son développement. « Jonathan déterre les racines du mal », souligne son éditrice. « Il y aura forcément des surprises », ajoute l’auteur qui, pour ce second ouvrage, a changé de maison d’édition, rejoignant Des livres et du Rêve. « J’ai été ravi de ce changement. J’ai vraiment pu bénéficier d’un accompagnement tout au long du processus et du travail de réécriture. Je suis vraiment très heureux de ma collaboration avec mon éditrice, vraiment très accessible, et avec toute l’équipe de cette maison d’édition française. »

Avec ce second roman, Jonathan s’installe en tant qu’écrivain. « J’ai vraiment l’impression d’être devenu auteur avec Ecorce pâle. J’ai appris en profondeur le travail d’auteur », assure-t-il. « Cela nécessite de ne pas se contenter d’un premier jet, de retravailler son texte encore et encore, de ne pas hésiter à sacrifier certains passages pour apporter davantage de rythme. » Et d’ajouter : « Au départ, c’est un travail de tailleur de pierres, ensuite cela devient de l’ouvrage de précision. »

Pour Ecorce Pâle, Jonathan a eu assez vite une idée générale de la trame. « Une idée germe dans ma tête et rapidement j’ai l’ossature de l’intrigue et la fin. Ce sont en quelques sortes les racines et le tronc », détaille-t-il. « Ensuite, des péripéties s’ajoutent : ce sont les branches et des feuille.. En cours d’écriture, l’histoire prend presque le dessus sur moi. Les personnages deviennent pratiquement si réels que ce sont eux qui prennent certaines décisions. J’arrive à la fin souhaitée mais en empruntant des chemins de traverse. »

Il y a de la joie et de la fierté d’avoir terminé ce deuxième bouquin. « C’est toujours incroyable de donner naissance à quelque chose à partir de rien. Et lorsque je peux enfin tenir le livre entre mes mains, c’est le moment ultime », observe celui qui a toujours été attiré par la création, que cela soit à travers la peinture, le dessin ou la musique. « L’envie d’écrire a toujours été là, quelque part. »

Les préventes fonctionnent bien. « C’est gratifiant de savoir que la plupart des lecteurs de Noir Amer ont réservé Ecorce pâle qui me permettra, je l’espère, d’aller toucher aussi un autre public », sourit Jonathan, impatient de partager son récit avec les amateurs de thrillers.

Ecorce pâle sera disponible dans de nombreuses librairies, sur Amazon, Fnac ou encore directement auprès de l’éditeur.

Thiebaut Colot

Crédits photos : DR

La Maraudière