#Liégeois — Magazine de référence pour la Province de Liège
Nous sommes le 25 Avr 2024, il est 9:51am
«

« Déjà gamin, je faisais rire mes camarades de classe »

À la une Culture Portraits

#Liégeois / Liégeois Magazine vous emmène à la rencontre de l’humoriste français Akim Omiri qui participera à une émission spéciale sur Pickx+ pour la nonante-sixième cérémonie des Oscars.

« Déjà gamin, je faisais rire mes camarades de classe, mais jamais au détriment des autres. Quand j’allais à l’école, j’avais l’impression d’avoir un public, une prestation à honorer », se souvient Akim Omiri. Pour une pièce de fin d’année, il postule pour le rôle qui a le moins de texte craignant de ne pas parvenir à apprendre ses répliques. « Mais en fait, il y avait des lectures de textes et des répétitions durant les cours. Comme j’ai une mémoire auditive, à la fin de l’année, je connaissais les dialogues de tous les personnages sur le bout des doigts et j’ai pu souffler les répliques à mes camarades durant le spectacle. »

Sa prestation ne passe pas inaperçue mais le jeune Akim ne suit pas pour autant des cours de théâtre. « J’avais envie de parler aux gens mais pas avec de vieux textes », explique celui qui découvre ensuite Les Inconnus, Coluche et Jamel Debouzze. « J’ai alors compris que l’on pouvait monter sur scène pour raconter autre chose. »

Après son bac littéraire et un DUT, Akim décide de quitter Le Havre pour Paris avec la ferme intention de faire de la scène. « Comme je ne savais pas comment l’annoncer à mes parents ni par où commencer, je leur ai dit que j’y allais pour poursuivre mes études », avoue-t-il. Pas vraiment un mensonge puisqu’il entame des études de publicité, se disant qu’au pire, il pourra toujours faire preuve de créativité et écrire. « Mais les annonceurs ne veulent jamais de trucs marrants », assure-t-il.

Dans la capitale, Akim met le pied à l’étrier après avoir découvert les scènes ouvertes et rencontré des humoristes, notamment grâce à Rire et Chansons, chaîne radio faisant partie du même groupe que la station NRJ où il effectua son premier stage. Pour son premier plateau, ses cinq minutes écrites la veille de son passage fonctionnent bien. Il s’attache à les peaufiner, découvre les réalités du métier et tourne sur différentes scènes. Parallèlement à cela, il rencontre au Paname des Youtubeurs comme Norman Thavaud pour qui il écrit et rejoint Golden Moustache. Là, il joue dans ses propres sketchs mais écrit surtout pour les autres cadors de YouTube. « Cela m’a permis de vivre de mon métier d’auteur mais cela m’a conduit aussi à un peu m’oublier, à ne pas avancer dans le stand-up », concède-t-il. Il se lance également sur YouTube avec ses propres court-métrages et écrit et joue son premier spectacle avant que le Covid ne débarque et ralentisse son ascension, frappant de plein fouet le monde entier et le secteur culturel encore davantage.

Le premier spectacle d’Akim était constitué d’un savoureux mélange d’anecdotes avec un message positif sur l’humanité. « Le second est davantage une analyse de la société. J’y aborde des thèmes comme les médias, la cancel culture, les influences », détaille-t-il. Il sera d’ailleurs sur la scène du Kings of Comedy de Bruxelles le 28 juin prochain !

Pour son retour sur YouTube, Akim et son comparse Kaza développent un nouveau concept : Champ contre Contre-Champ« Nous avons eu l’idée de ce jeu ensemble et nous sommes débrouillés pour tourner une première saison avec les moyens du bord en nous disant que ce serait une sorte de pilote grandeur nature », explique-t-il. Désireux de trouver un partenaire pour produire la suite, c’est vers Pickx+ que les deux acolytes se tournent. Six épisodes sont mis en boîte et une deuxième saison devrait voir le jour face à l’engouement suscité. « J’ai le sentiment que la pop culture est ultra présente mais qu’il n’existe pas d’émission fun sur le cinéma. On nous fait croire que c’est une matière élitiste alors que lorsqu’un film fonctionne, c’est avant tout grâce à son succès populaire. »

Le cinéma est une passion pour ce talentueux touche-à-tout. « J’aime beaucoup la science-fiction, la comédie, les biopics et les films basés sur des histoires vraies. Quand j’étais ado, j’ai regardé beaucoup de films d’horreur car cela me faisait rire », énumère-t-il. « Will Hunting et Terminator 2 m’ont marqué car ils transmettaient des messages puissants. »

Véhiculer un propos est un gage de qualité pour Akim. « Un film doit faire passer un message et des émotions », confirme-t-il. « Le cinéma peut encore se renouveler. Pour le moment, en France, les décisionnaires sont toujours des personnes plus âgées qui pensent pour un public plus âgé et trop souvent les films se montent sur base des choix des chaînes de télévision. Or, les plateformes qui financent la création différemment de la télévision trouvent un public. C’est encourageant. »

Face au grand écran, Akim est exigeant. « C’est comme pour le stand-up : comme j’en vois beaucoup, c’est rare que je parvienne à rire, il faut que l’humoriste soit très fort pour parvenir à me faire oublier que je fais ce métier. Cela fonctionne souvent avec l’absurde », confesse-t-il. « Devant un film, même si je me glisse toujours dans la peau du spectateur, il faut que le film soit excellent pour me transporter. »

D’excellents films, ce n’est pas ça qui manquera pour la nonante-sixième cérémonie des Oscars qui se déroulera ce 10 mars dans la Cité des Anges. Un évènement planétaire qui sera retransmis en direct sur Pickx+ au cours d’une émission spéciale présentée par Sandy Heribert et Patrick Ridremont et à laquelle Akim participera en qualité de chroniqueur aux côtés de Déborah François, Jessica Matthys et Frédéric Seront. « Je compte voir un maximum de films avant la cérémonie », prévient l’humoriste. « J’ai apprécié Oppenheimer. J’ai été marqué par son ambiance sonore. Malgré un sujet sérieux, complexe et une histoire pauvre en rebondissements et dont on connait la fin, il existe une tension permanente tout au long du film. »

Une soirée qui s’annonce particulièrement attractive sur Pickx+« Je me réjouis de passer un bon moment, de discuter avec d’autres passionnés de cinéma, de critiquer positivement les films et de transmettre notre passion à celles et ceux qui veilleront tard avec nous », annonce Akim. « Nous avons prévu aussi un mini Champ contre Contre-Champ qui tombera à pic puisque ce sera le jour de la diffusion du dernier épisode. La boucle sera ainsi bouclée. »

L’émission sera difusée en direct sur Pickx+ le 10 mars à partir de 23 heures. Elle sera ensuite rediffusée le lendemain à 19h20 et le 16 mars à 13h30.

Pour (re)découvrir la présentation des Oscars par Jessica Matthys : « Hollywood qui rencontrera la petite Belgique » — #Liégeois (liegeois-magazine.be)

Les Oscars : Suivez la cérémonie des Oscars en exclusivité et en direct sur Pickx+

Thiebaut Colot

Crédits photos : Chloé Bonnard

KRS Logicistics