#Liégeois — Magazine de référence pour la Province de Liège
Nous sommes le 30 Mai 2024, il est 7:59am
«

James Blunt enflamme Aywaille et fait entrer le Feel Good Festival dans la cour des grands

À la une Culture Musique

Jeudi, James Blunt a enflammé Aywaille et fait entrer le Feel Good Festival dans la cour des grands.

En sept éditions, le Feel Good Festival n’a cessé de grandir avec intelligence, trouvant son public à une date qui marque la fin de l’été. Jeudi, toujours sur le site de Remouchamps qui avait subi quelques améliorations – plus grand espace VIP, meilleurs emplacements des foodtrucks et bars – permettant d’éviter les files et d’offrir un maximum de confort, le soleil et les festivaliers étaient au rendez-vous.

C’était au régional de l’étape Marvin Albert – accompagné par son comparse Adrien Gutierrez, lui aussi passé par The Voice mais éliminé très rapidement – qu’incombait la mission de lancer les quatre jours de festivités. Pendant trente minutes, le Sprimontois a fait étalage de son talent mais, faute de temps, n’a pu chanter son titre My Summer Love, qui cartonne sur toutes les radios et plateformes de streaming. « Nous sommes très fiers de lui et de son parcours », me soufflait Jean-Marc, le papa de Marvin, après la prestation de son gamin.

C’étai ensuite Stéphane, avec sa voix et son style reconnaissables, qui prenait possession de la scène pour interpréter certains de ses tubes iconiques. Mais, inutile de le nier, c’était bien pour James Blunt que les festivaliers s’étaient donnés rendez-vous. Le speaker ne s’y trompait pas, déclarant : « Nous avons eu la chance d’accueillir de nombreux excellents artistes au Feel Good mais c’est la première fois que nous accueillons un chanteur connu mondialement et qui a tourné partout sur le globe. »

Pendant plus d’une heure et demie, le Britannique a livré un show parfait. Interragissant avec le public en parlant souvent en français – avec un accent que de nombreuses groupies trouvèrent « craquant » -, se faisant porter par la foule, prenant des selfies, chantant debout sur son piano et faisant montre d’une énergie débordante et d’une joie réelle d’être là, James Blunt a conquis l’assemblée. Alternant tubes et chansons moins connues du grand public, morceaux « punchy » et ballades folk, piano et guitares (trois au total), James Blunt a entrainé avec lui la totalité des festivaliers qui n’hésitèrent pas à reprendre en choeur nombre de ses refrains. Si Vianney l’année dernière avait proposé une prestation étincelante et offert au Feel Good ses lettres de noblesse, James Blunt l’a définitivement fait basculer dans la cour des grands.

Thiebaut Colot

Crédit photos : Sable

Habits & Métiers